Michel Gurfinkiel

Quicksearch

Language

Mots clés


Thursday, January 1 2009

Gaza/ A Matter of Proportion

Send by e-mail
e-Mail this entry to:
Your name:
Your e-mail address:
Message (optional):

Comments
Display comments as (Linear | Threaded)

#1 tipanda (Homepage) on 2009-01-06 10:08 (Reply)
Un jour, Golda Meir a déclaré : "Si nos ennemis aimaient leurs enfants autant qu'ils nous haïssent, nous serions en paix depuis longtemps". Bien qu'elle nous ait quittés depuis trente ans, ses propos restent furieusement actuels ... c'est le cas de le dire(!) Actuels, mais toujours incompris. Le Hamas a changé la bande de Gaza en nid de scorpions, les localités israéliennes qui l'entourent sont obstinément arrosées de roquettes et autres obus. A leur grand soulagement, le gouvernement d'Israël se décide enfin à réagir pendant que le Hamas garde les gens de Gaza enfermés sous les bombardements. Illico, les pleureuses professionnelles reprennent du service, se lamentent et manifestent. Comme d'habitude, elles accusent Israël de tous les maux, en particulier le pire, l'impardonnable : des femmes et des enfants sont les victimes d'une agression. Il va de soi que, lorsqu'il pleut des bombes, ceux qui se trouvent dessous en sont victimes. Par un curieux hasard, les combattants courageux du Hamas ont logé leur petite famille dans les dépôts de munitions et les bases de tir. C'est bête ... Les pleureuses et autres bonnes âmes plus apitoyées que futées n'y voient pas malice, sortent les mouchoirs et dégainent leur indignation contre Tsahal et sa violence disproportionnée ; elles soulignent qu' il y a beaucoup plus de victimes à Gaza qu'à Sdérot ... qui subit, pourtant, une pluie d'obus depuis plus de dix ans. Ce qui fait toute la différence, c'est qu'à Sdérot les enfants sont protégés. En cas d'alerte, ils sont les premiers à bénéficier d'abris, ils ont même une école avec toit blindé. Ils sont précieux pour leurs parents et toute la société. Les pauvres enfants de Gaza et leurs mères sont d'abord victimes de l'islamo-fascisme qui règne autour d'eux. Ils subissent l'assaut d'Israël comme les enfants de toutes les guerres, comme ceux de Dresde ou Berlin ont subi les bombardements des Alliés à la fin de la deuxième guerre mondiale. Mais, à l'époque, très justement, il ne s'est pas trouvé de bonnes âmes pour en faire le reproche aux libérateurs. Lutter contre le nazisme et, plus généralement tous les fascismes, justifiait les destructions et les victimes. Il est temps d'ouvrir les yeux sur la nature exacte du Hamas. Il ne cherche à libérer personne. A la suite d'un tel guide, le peuple palestinien est sûr de se mettre au service d'un maître. Serait-ce trop demander aux pleureuses que de ne pas prêter la main au maintien d'une dictature ? Il est possible de faire la paix entre Israéliens et Palestiniens de bonne volonté, mais elle ne pourra se faire qu'après l'élimination de tous les obscurantistes, dont le Hamas. Tipanda http://www.jacquelinesimon.com
#2 ursula duba on 2009-01-07 04:19 (Reply)
who started the vicious question about so-called "proportionality?" if hamas did, then it's a bloody shame that the western media is using this misleading and clearly antisemitic expression. what is proportional after having been attacked with more than six thousand rockets have been launched thousand rockets
#3 tipanda (Homepage) on 2009-01-07 10:04 (Reply)
Cette sinistre histoire ne mériterait qu'un haussement d'épaules si elle n'était largement utilisée, même en occident, pour discréditer le combat mené par Israël pour son existence.

Add Comment
Name
Email
Homepage
In reply to
Comment
 
 

Trackbacks

No Trackbacks